... le saviez-vous ?

 

Quoi de neuf ?
Table générale
Table "fisc"
Présentation
Plan du site
L'historique, page 1
L'historique, page 2
L'historique, page 3
L'historique, page 4
L'historique, page 5
L'historique, page 6
L'historique, page 7
L'historique, page 8
L'historique, page 9
L'historique, page 10
L'historique, page 11
L'historique, page 12
Documents inédits
Des incohérences ...
Les principaux acteurs ...
Avis de recherche
Les problèmes fiscaux
Les responsabilités
Notes & réflexions
Mon c.v.
Contact
Mentions légales

 

 

Les faits  en détail

 

 

 

 

Les dernières mises à jour ... lundi 18 juin 2007
Les instructions codificatrices incriminées disponibles ici !
... il y a bien "magouilles" ... les comptes sont inexistants ... la petite cuisine interne couverte par les hautes autorités judiciaires de Moselle ...
L'historique page 12 disponible au lundi 18 juin 2007
 

   

 

Il y a plus grave!

Les "magouilles" du président (avec un petit "p" parce que cela ne vaut pas plus)  de la chambre des huissiers de Moselle, couvertes par les autorités judiciaires de Moselle s'avèrent réelles: absence totale de compte... ont entraînées ce fameux redressement fiscal bien entendu "voulu".

Ceci a entraîné, par conséquent, le dépôt de mon bilan civil et ma mise en liquidation judiciaire en Mai 1999. (Procédure d'Alsace-Moselle).

Depuis mai 1999, maître Gangloff, le mandataire judiciaire désigné, n'a strictement rien fait!!!

Le résultat:

A 53 ans, je ne retrouve pas l'emploi - c'est l'effet "senior" -. L'on devient "senior" aujourd'hui à 40 ans! et les "jeunes diplômés" ne trouvent pas d'emploi. C'est cela la France de 2005!

La seule solution: m'installer à mon compte. Oui, mais ...

... problème: ma situation de liquidation judiciaire civile... non clôturée et provoquée  par les inerties de Gangloff me l'interdit...

Je rappelle, pour information, que quatre autres confrères mosellans sont dans une situation identique.

De plus, à la lecture des derniers documents, vous relèverez que cette chambre n'a absolument strictement rien à faire des décisions rendues en ma faveur par une Cour d'Appel...

G.D.

 

Préambule

Il est des choses dans la vie auxquelles l'on croit fortement, d'autres nous paraissent irréelles parce que pas pensables... pas imaginables... et pourtant !!!

Vous n'avez peut-être pas été sans connaître les faits, non démontrés, qui m'étaient reprochés en tant qu'Officier Ministériel. (L'on découvre, 10 ans après, les "magouilles" intervenues.)

J'ai donc pris la décision (je l'estime plus que nécessaire) de récapituler le plus brièvement possible dans le document joint (qui fait le point exact sur cette affaire) les événements intervenus depuis lors et d'en diffuser le contenu.

Compte tenu de la tournure que prennent les choses, j'ai bien la ferme intention de jeter le pavé dans la mare.

Il faut quand même savoir qu'entre la date de révision de ce document (le 31 décembre 1998) et ce jour (18/06/07 ), d'autres faits se sont produits et feront l'objet d'une mise à jour ultérieure. Je tiens à préciser également que les procédures que j'ai intentées (et rappelées en fin de ce document) n'ont toujours pas abouti à ce jour...  ou si elles ont abouti, c'est toujours en ma défaveur. Une mauvaise partie de tennis….

Il est tout à fait certain aujourd'hui que cette affaire a été montée de toute pièce. Chaque jour qui passe me livre un peu plus de secrets! Et quels secrets!

Je ne voudrais pas être dans la peau de ceux qui ont manigancé ce dossier parce que je vais me battre, malgré les menaces verbales reçues récemment (février 2000), pour obtenir réparation et la condamnation de toutes les personnes ayant participé de près ou de loin à cette manigance. Mes avocats parlent aujourd'hui "d'escroquerie au jugement" !

Je vous remercie de bien vouloir y consacrer quelques minutes de votre temps pour en prendre connaissance.

Vous pourrez constater à sa lecture, peut être un peu ardue, comment la Justice a apporté son soutien à l'acharnement corporatiste déployé par une Confrérie pour anéantir l'un des siens et cela au mépris des droits les plus élémentaires du justiciable... Esprit de confraternité [1] dites-vous !!! Esprit de justice [2] dites-vous !!!

Je vous laisse juge...

Je vous remercie de me faire part de vos observations le cas échéant.

Je vous prie de croire, Madame, Monsieur, en l'assurance de ma parfaite considération.

Guy Douchet

 

[1] © Larousse : " confraternité : nom féminin - Lien de solidarité entre confrères."

[2] © Larousse : " justice : nom féminin - Principe moral qui exige le respect du droit et de l'équité. -   Vertu, qualité morale qui consiste à être juste, à respecter les droits d'autrui."